Le réseau Gaïa veut agir pour les femmes du monde agricole

Le 15 octobre, à l’occasion de la Journée internationale des femmes rurales, une soixantaine de femmes étaient réunies au Château Luchey-Halde pour le lancement du réseau Gaïa, qui a pour objectifs l’échange, l’entraide et une meilleure représentativité des femmes au sein des structures du monde agricole.

Sabine Brun-Rageul, directrice de Bordeaux Sciences Agro, et Lydia Héraud, conseillère régionale en charge des vins et spiritueux, ont eu l’idée de ce réseau après la tenue d’un événement, frappées par le manque de parité sur la scène, où ne figuraient que des costumes sombres. « Les femmes sont sous-repré- sentées dans le monde de la coopération agricole, a souligné Lydia Héraud. De 30 à 40 % des exploitations sont tenues par des femmes, mais elles ne représentent que 7 % dans les conseils d’administration. Et puis, dans les rencontres et colloques, les experts sont rarement des expertes. Il faut donner de la visibilité aux femmes qui ont une expertise dans leur domaine. » « Nous sommes aussi parties du constat que les femmes sont finalement peu impliqués, au contraire de leurs homologues masculins, dans les réseaux, qui sont moins perçus comme des leviers de carrière, d’entraide, de possibilité de prendre la parole ou sa place », a poursuivi Sabine Brun-Rageul.

Le réseau Gaïa – la Terre dans la mythologie grecque – veut donc favoriser les rencontres et les échanges d’expérience, dans un climat de partage et de bienveillance. Comme celui qui régnait avec évidence durant cet après-midi, rythmé par des animations et ateliers. Des axes de travail ont été proposés, avec un groupe sororité – l’équivalent féminin de la fraternité – basé sur l’entraide, un groupe formation et développement personnel, ainsi qu’un groupe de réfléxion sur la place des femmes dans le monde agricole, amené à sensibiliser les pouvoirs publics à cette thématique.

Le réseau, qui a vocation à se déployer sur tout le territoire de Nouvelle-Aquitiane, organisera une à deux fois par an des temps de rencontre régionaux avec conférence, coaching collectif… Il est ouvert à toutes les femmes du monde agricole, agro-alimentaire et forêt-bois de la Région : agricultrices, élues, salariées de structures agricoles, représen-

tantes d’organisations professionnelles, chefs d’entreprise, enseignantes, chercheuses…

Participant à la table-ronde qui a conclu l’après-midi, Fabienne Buccio, préfète de Gironde et Préfète de Nouvelle-Aquitaine, avait tenu à être présente pour soutenir le projet. « Les femmes ont toujours eu une place prépondérante en agriculture, mais bien souvent derrière l’homme. J’ai vu ce qu’elles lui ont apporté, en termes de modernisation, d’ouverture d’esprit, de nouvelles techniques. » Un conseil à retenir a résumé les échanges : « N’attendez pas qu’on vous donne des responsibilités, demandez-les ».

Cécile Poursac

×
×

Panier

X