Le Magazine - le numéro

Assurance récolte : une réforme très attendue

Jean-Marie GARDE
Président de la FGVB

Alors que nous vendangeons une récolte marquée par les aléas climatiques et ses conséquences (gel, coulure, mildiou…), dans un contexte où leur multiplication au fil des ans fragilise les exploitations, les annonces de refonte du dispositif d’assurance perte de récolte tombent à pic.
Le Président de la République a en effet récemment confirmé l’engagement de refonte pour début 2022 du dispositif d’assurance annoncé au printemps dernier. La proposition, issue du rapport du député Descrozailles, repose sur un dispositif assurantiel complété par l’intervention financière de l’État au-delà d’un certain niveau de perte (50 à 60 %). Cette évolution va dans le bon sens, car elle va logiquement favoriser une baisse des primes, pour une couverture des pertes largement améliorée en cas de sinistre, et in fine rendre l’assurance plus accessible.
Dans ce contexte ; la prise de position de certains assureurs historiques pour 2022 est incompréhensible. La hausse annoncée des tarifs de 20 % minimum, la suppression de la possibilité offerte aux viticulteurs de racheter une partie de la franchise et d’assurer un complément de rendement assurable, au-delà de la moyenne olympique, et la résiliation de certains contrats sont aujourd’hui des éléments inacceptables pour la viticulture.
Ces modifications imposées sont d’autant plus incohérentes qu’elles seraient limitées à une année au regard du calendrier de la réforme envisagée. À moins qu’elle ne traduise une volonté stratégique de retrait du secteur de l’assurance agricole… Nous vous engageons à vérifier votre contrat en rappelant que la date butoir pour le résilier est fixée au 31 octobre.
En complément des dispositifs d’assurance, une réflexion a été lancée dans le cadre interprofessionnel sur la mise en place d’une nouvelle réserve qui puisse permettre d’atténuer l’impact des aléas climatiques comme des aléas économiques ou sanitaires ; nous aurons l’occasion d’y revenir en détail dans les prochains mois.
Chacun à notre niveau, restons mobilisés.

Sommaire

Laurent Cassy : « Il nous faut bâtir un modèle que l’on peut transmettre »

Vendanges 2021 : premières impressions

Les dégustations professionnelles ont repris, à la satisfaction générale

Caves coopératives et grande distribution misent sur le label « zéro résidu de pesticides »

Et si vous passiez à l’agriculture biologique ?

Opération «100 % vins de Bordeaux dans les cabanes ostréicoles» : le succès du local.

Dynamisez vos ventes avec les Tournées des vins de Bordeaux !

De nouveaux courtiers entrent enfin dans la profession depuis juin

Webinaire le 4 novembre : « Comment préparer avec efficacité ses salons ? »

Le marché du vin bio en croissance de plus de 13 % sur 2020

Accompagnement au bio : un travail d’équipe engagé par la Chambre d’agriculture

HVE ou Bio ? Ils ont adopté les deux

Marché des vins de Bordeaux : les exportations toujours à la hausse

Constatation des cours des vins de la Gironde et du bergeracois

Le réseau caviste à l’heure du Covid : un circuit en plein renouveau

Plan marketing du CIVB : « Vignerons, racontez votre singularité »

Webinaire FGVB : comment gérer sa force commerciale ?

Marques utilisant un nom d’exploitation : une charte interprofessionnelle de bonnes pratiques pour sécuriser leur usage

Millésime 2021, une récolte hétérogène à l’image d’une année chaotique

Comment vinifier une vendange à la maturité hétérogène

Une nouvelle génération de cannes de brassage

Que sait-on aujourd’hui des composants du goût et de l’arôme des vins ?

Quand l’image satellite permet de réduire les doses de traitement

Technique en bref

Fiche IFV – Protection du vignoble Projet IBIS – Évaluation des performances de plusieurs solutions de biocontrôle contre le mildiou en 2021

Le chauffage de la vendange : une technique pour produire des vins rouges fruités

Bourg Arts et Vins : Une nouvelle saison de concerts

La rentrée gourmande de la Cité du vin

Article du magazine

×
×

Panier

X