Je m'abonne au magazine de l'Union Girondine S'abonner

Article du magazine numéro #1173 - Février 2020

SME du vin de Bordeaux : le collectif prend de l'ampleur

SME du vin de Bordeaux : le collectif prend de l'ampleur

SME du vin de Bordeaux : le collectif prend de l'ampleur

De gauche à droite : Alice Riffard, Fabien Fort, la présidente Christine Venencie et David Houdet.

La démarche du Système de Management Environnemental du Vin de Bordeaux fête cette année son 10e anniversaire. En 2020, la 1re Association comptera plus de 400 entreprises engagées dans cette démarche collective pour la transition environnementale et ouvre un nouveau cycle de certifications ISO 14001 et HVE.

Près de 150 personnes ont investi Planète Bordeaux, le 10 janvier, pour l’assemblée générale de la 1re Association pour le SME du Vin de Bordeaux. « Le nouveau bureau s’est attaché à poursuivre les actions selon nos valeurs de partage, d’esprit collectif et de respect mutuel, a indiqué la présidente Christiane Venencie dans son rapport moral, rendant aussi hommage très chaleureusement à la petite équipe du SME. Notre bilan 2019 fait état de nombreux points forts et les entreprises ont montré leur capacité à mettre en œuvre les bonnes pratiques. »

Avant de présenter le rapport d’activité 2019, Alice Riffard, chargée de mission audit et services, a rappelé la mission principale de l’association : accompagner les adhérents vers la double certification ISO 14001 et Haute Valeur Environnementale. Pour l’audit documentaire, 100 % des fichiers indicateurs ont été vérifiés. Ont été réalisés : 61 audits internes terrain par les animateurs SME et 185 audits internes terrain par l’association. En 2019, 178 entreprises ont été certifiées à la fois ISO 14001 et HVE, 26 certifiées ISO 14001 et 102 entreprises HVE.

L’audit externe a relevé nombre de points forts, dont « un très haut niveau d’investissement des pilotes et un engagement sincère des dirigeants », de nombreuses pratiques agro-environnementales mises en place ou en cours d’étude, ainsi que la création d’outils "maison" permettant de répondre à des problématiques majeures avec peu de moyens. Parmi les points à améliorer, il est nécessaire de mieux définir les attentes et besoins réciproques des parties prenantes. Le Guide des bonnes pratiques environnementales du SME a fait l’objet d’une troisième édition, distribuée lors de l’assemblée. Alice Riffard a tenu à souligner combien il pouvait être source d’inspiration avec les idées concrètes des 289 entreprises qui y ont contribué.

Concernant les perspectives 2020, la 1re association devrait passer de 363 à 416 adhérents, pour un total de 356 entreprises et 489 sites certifiés. Plus de 80 jours d’audit interne sont programmés. L’association souhaite faire évoluer le fichier de suivi de ses indicateurs, notamment avec des indicateurs plus fins sur certaines thématiques pour participer au bilan carbone de la filière.

Un nouveau cycle de certifications

Après la période 2017-2019, un nouveau cycle de certifications est lancé pour 2020-2022. Marie-Catherine Dufour, directrice technique du CIVB et membre associé du bureau, a indiqué que 4 organismes ont été consultés, le choix se portant sur Afnor, avec une offre d’un bon rapport qualité-prix et bénéficiant d’une accréditation Cofrac qui assoit la démarche. En conséquence, il sera possible d’utiliser le logo Afnor avec mention de l’appartenance à l’association certifiée ISO 14001. À noter : les prairies (temporaires ou permanentes) devront également être certifiées niveau 1 ou 2. Par ailleurs, le fonctionnement des audits internes sera sécurisé : 100 % des entreprises seront auditées sur un cycle de certifications de 3 ans et un audit systématique sera mené pour les ISO 14001 en première année. Les audits internes 2020 débutent le 4 février  (indicateurs à retourner avant le 15 février et levée des écarts avant le 15 avril), pour une validation du périmètre de certification au mois de mai. Suivront alors les audits externes.

A la demande des adhérents lors de la précédente AG, l’association a fait appel à l’agence de communication Inoxa pour l’aider à travailler sur un nouveau logo permettant de la rendre plus visible et de valoriser les efforts accomplis. L’agence a présenté deux logos, résultats d’un travail collectif, le choix définitif étant proposé à l’assemblée. Mais un long débat s’est installé, démontrant l’engagement des adhérents vis-à-vis de l’association, et le choix d’un nouveau logo a été reporté.

Enfin, à l’issue de la réunion, le service Santé et Sécurité au travail de la MSA est intervenu sur la prévention des risques professionnels et Amélie Bajolet a présenté l’association Bee Friendly, label pour protéger les abeilles, qui pourrait être associée prochainement à la démarche SME.

 

C. Poursac