Je m'abonne au magazine de l'Union Girondine S'abonner

Article du magazine numéro #1152 - Mars 2018

Campagne phytosanitaire 2018 : conseils pratiques

Campagne phytosanitaire 2018 : conseils pratiques

Campagne phytosanitaire 2018 : conseils pratiques

La nouvelle campagne de traitements va débuter dans un contexte persistant de forte pression médiatique sur l’usage des produits phytosanitaires. Nous vous rappelons quelques conseils pratiques à respecter afin qu’elle se déroule dans les meilleures conditions.

Savoir anticiper les problèmes de voisinage

Nous vous recommandons de réunir régulièrement les habitants riverains de vos parcelles pour leur expliquer le travail de la vigne et les contraintes qu’il génère. Vous pourrez également leur proposer d’être avertis individuellement avant traitement s’ils le souhaitent (par e-mail ou SMS).
Si des difficultés surviennent avec les habitants, quelle qu’en soit la nature, nous vous recommandons d’en informer le maire et le responsable de votre ODG afin de trouver une solution concertée. Le respect des bonnes pratiques passe également par la sensibilisation du personnel de l’exploitation chargé des traitements sur les règles à respecter (vitesse maximale du vent, respect des horaires de traitement prescrits à proximité des sites accueillant des personnes vulnérables,…).

Respecter l’arrêté relatif aux sites accueillant des personnes vulnérables

L’arrêté du 22 avril 2016 règlemente les traitements à proximité des sites accueillant des personnes vulnérables. Il prévoit le principe d’une interdiction de traitement de toutes les parcelles limitrophes à ces sites dans certaines plages horaires ou jours d’ouverture, sauf modalités particulières permettant d’éviter la présence des personnes vulnérables dans les espaces extérieurs de ces sites lors des traitements (à formaliser avec les responsables de ces différents sites).
Ce principe d’interdiction est assorti d’une distance minimale de traitement variable en fonction du type de matériel utilisé (de 50 m a 0 en cas de matériel utilisant un dispositif de confinement ou de présence d’une haie jointive de 3 m de haut).
Nous avons publié dans l’Union Girondine de mars 2017 (UG 1141 page 9) un tableau de synthèse détaillant les conditions de traitement à proximité de ces sites, variables en fonction du type de matériel utilisé (ce tableau est disponible sur www.union-girondine.com).
Chaque viticulteur girondin concerné a recu au printemps 2016 un atlas cartographique personnalisé réalisé par le Civb, montrant la localisation de sa ou ses parcelles vis-a-vis de ces différents sites, atlas sur lequel figuraient les distances a respecter en fonction du type de matériel utilisé. Cet atlas actualise va leur être transmis à nouveau cette année.


Pour toute question sur votre atlas,
contacter Yann Slostowski au Civb au 05 56 00 99 32
ou par mail yann.slostowski@vins-bordeaux.fr

Utiliser les outils d’aide à la décision à votre disposition

Plusieurs outils d’aide à la décision (OAD) vous permettent d’adapter vos traitements en fonction de la pression des maladies. Ils sont renseignés à compter de fin mars-debut avril pendant toute la campagne de traitement :
- le site Bordeauxprof.com, cliquez sur l’onglet Modelisations (dernière icone en bas à droite)
- le site de l’IFV, vignevin-epicure.com permet d’accéder au module de calcul des doses gratuit OptidoseR
- le site Vinopole.com, cliquez sur l’onglet modélisation BSV.

Régler votre pulvérisateur avant le début de la campagne

Il est essentiel, pour l’efficacité des traitements, que votre pulvérisateur soit réglé et testé avant le début de la campagne.

Extrait article technique Parution Union Girondine 1131 – avril 2016

Bien régler son pulvérisateur

• La vitesse d’avancement : elle doit être voisine de 5 km/h.
• La prise de force : sa vitesse de rotation doit être égale a 540 trs/min. Elle peut être modulée en pulvérisation à jet porté lors de traitements de début de campagne.
• Le volume de bouillie/ha : il est modulé et varie generalement de 100 à 180 L/ha en pneumatique et de 120 à 300 L/ha en jet porté lorsque la vigne est entièrement développée.
• Le positionnement des diffuseurs par rapport à la cible :
- Travailler avec les diffuseurs ouverts du côté opposé au site,
- Respecter une distance suffisante en tenant compte de la dérive.
• La gestion de la vitesse d’air sur des équipements à jet porté:
- Réduire significativement, voire couper la ventilation (diminuer le régime moteur ou debrayer le système de ventilation).
• La gestion des coupures de tronçon
Il est recommandé d’équiper le pulvérisateur d’électrovannes permettant de fermer chaque tronçon afin d’adapter leur ouverture au nombre de rangs à traiter.

Optimiser les réglages lors du traitement

A partir d’un pulvérisateur classique, il est souvent possible d’optimiser les réglages pour limiter la dérive.

En début de végétation

• Positionnement des diffuseurs et orientation des flux vers la végétation
• Adapter le nombre de diffuseurs par rapport à la cible
• Travailler en jet projeté
avec des buses à injection d’air
• Adapter/réduire la dose de produit

En pleine saison

• Positionnement des diffuseurs et orientation des flux vers la végétation
• Le panachage de buses. L’utilisation de buses à injection d’air demeure très interessante pour réduire la dérive. En pleine végétation, un panachage des buses est également possible si on souhaite conserver de fines gouttelettes en face de la zone fructifère.
Attention : les buses à injection d’air sont sensibles au bouchage. La filtration doit être adaptée et de qualité.

Utiliser des panneaux récupérateurs

En particulier en zone péri-urbaine. Ils permettent une pulvérisation de bonne qualité et limitent les pertes de produits (réduction de l’ordre de 30 a 35% sur une campagne), mais occasionnent un allongement de la durée des traitements (Cf. résultats des tests de ces matériels sur le site : www matevifrance.com

Adapter les doses, notamment lors du premier traitement

Lors des premiers traitements, le feuillage est encore peu développé et seuls les diffuseurs orientés vers la végéetation doivent être ouverts, ce qui permet de réduire la dose homologuée appliquée à l’hectare. Pour aller plus loin dans la réduction des doses, consultez le module OptidoseR de l’IFV (www.vignevin-epicure.com).

 

Respecter la vitesse du vent lors du traitement

Les services en charge du contrôle (Sral) ont récemment communiqué sur le fait qu’ils renforceront les contrôles du respect de la vitesse maximale du vent autorisée pour pouvoir traiter (nb : F 2 beaufort, soit 19 km/h calculés en vitesse moyenne).
Le risque en cas de dépassement de la vitesse autorisée en cas de contrôle est une amende de 15 000€ dans le cadre d’une composition pénale, l’alternative étant le tribunal correctionnel (avec risque de peine de prison avec sursis à la clé). Nous vous encourageons donc à être particulièrement vigilant sur ce point. Le site Bordeauxprof.com propose des prévisions météo par secteur géographique (icône Météo). Il met aussi à votre disposition dans l’onglet " Protection du vignoble " (sur la page Météo par secteur, à droite), un outil d’aide à la decision pour adapter le positionnement des traitements phytosanitaires aux conditions météorologiques en fonction de l’analyse de 4 critères : la température, la quantité de pluie, la vitesse moyenne du vent et l’humidité relative. Le conseil va de " trés bon " à " vivement déconseillé "; il est symbolisé par un code couleur (de vert foncé pour " trés bon " à rouge pour " vivement déconseillé ".

L’utilisation de cet outil est à confirmer par les observations à réaliser sur le terrain avant de débuter le traitement.

Y. le Goaster