Je m'abonne au magazine de l'Union Girondine S'abonner

Numéro #1172 - Janvier 2020

Un vignoble fortement engagé dans le développement durable

Désherbage mécanique sous le rang : se former pour revoir les bases

9 euros TTC

Édito

Jean-Marie Garde
Président de la FGVB

2020 DOIT ÊTRE L’ANNÉE DU RENOUVEAU ET DE LA RECONQUÊTE !

Depuis plusieurs années, les mauvais signaux s’accumulent sur notre profession : la défiance des consommateurs alimentée par des campagnes liées à l’environnement a aussi contribué à la baisse des ventes, qui devient très préoccupante. A cette situation s’ajoutent des mesures qui s’amplifient concernant nos pratiques de culture.
En cette nouvelle année, je souhaite rappeler que nous avons pris à bras-le-corps les questions agroenvironnementales. Première région viticole française en terme d’exploitations certifiées ou en cours de certification environnementale, très forte progression des conversions en AB ; tout montre que Bordeaux évolue et que ce sujet sera rapidement derrière nous.
Dans ce contexte, deux événements vont peser sur l’actualité des viticulteurs cette année. Le premier d’entre eux est l’annonce par l’ANSES du retrait de l’homologation de 36 produits à base de glyphosate dès ce printemps. Même si ce retrait à moyen terme était annoncé, cette décision brutale ne va pas faciliter la transition agroécologique dans laquelle nous sommes engagés : elle va augmenter sensiblement nos coûts de production dans un contexte économique déjà difficile marqué par le manque de main d’oeuvre(*). Ce refus par l’État de prendre en compte nos contraintes de production ne peut qu’aggraver la situation et nous réitèrerons notre demande d’un retrait progressif de ces produits.
Le second événement est la mise en oeuvre de la future réglementation relative à l’usage des produits phytosanitaires. Alors que nous travaillons avec l’ensemble des organisations agricoles à la réalisation de la future charte départementale visant à faciliter nos relations avec les riverains, nous subissons depuis plusieurs mois la surenchère démagogique de certains maires qui pointent du doigt les dangers liés à l’usage des pesticides. La multiplication des arrêtés d’interdiction d’usage à moins de 150 mètres des habitations stigmatise la viticulture et ces décisions sont très largement médiatisées. Il n’aura échappé à personne que ces décisions surviennent à quelques mois des élections municipales. De telles pratiques entretiennent un "agri-bashing" très en vogue aujourd’hui et nous demandons à l’État de faire retirer ces arrêtés illégaux et de le faire savoir.
Bordeaux reste une filière particulièrement dynamique, un bon exemple en est la réflexion collective lancée pour engager les exploitations dans la RSE(**), et je suis convaincu que nous surmonterons les difficultés actuelles, mais il est nécessaire que l’Etat prenne en compte la situation et nous accompagne en tenant compte de nos contraintes ; il y va de la compétitivité de toute la filière.
Forts de ces évolutions en cours, nous devons agir par des actions de communication notamment vers les consommateurs et repartir à la reconquête des marchés.
L’ensemble de la viticulture bordelaise est en mesure, j’en suis convaincu, de montrer sa capacité à surmonter les difficultés, et l’année 2020 sera celle qui verra nos exploitations retrouver la confiance.
Je vous souhaite à toutes et à tous un excellent millésime 2020.
(*) il manquerait près de 5000 tractoristes en Gironde
pour revenir à un travail intégral des sols
(**) Responsabilité sociétale des entreprises

Sommaire

Entretien

- Marc Médeville : « On ne peut gérer l’AOC Bordeaux en volume si on fait abstraction de la valeur ! »

Actualité

- Fédération des Grands Vins de Bordeaux : « Il nous faut produire des vins en adéquation avec le marché »
- CIVB : « Réinvestir le terrain collectivement »
- Opération Saint-Vincent, première édition plus de 1300 acteurs girondins sur la route
- L’Anses retire du marché 36 produits à base de glyphosate
- Chambre d’agriculture de la Gironde : Un ambitieux projet stratégique

Promotion

- Côtes de Bordeaux : un plan de promo 2020 pour se réinventer
- Vins blancs doux et fruités de Bordeaux : Changement de cap et nouvelle identité visuelle pour les Sweet Bordeaux

Economie

- Constatation des cours des vins
- Marché
- Tranches de prix des contrats vrac
- Calculs des fermages
- La naturalité des vins, un argument de vente qui pose question

Santé

- « Éduquer au savoir boire pour conserver le plaisir, garder le remède, éviter la maladie »

Règlementation

- Nouveau régime des renouvellements de marques
- PARCEL : votre déclaration en ligne des arrachages et plantations
- Bordeaux Bouge « Les Vignerons du Vivant » : des châteaux médocains forment des jeunes en réinsertion à la viticulture
- Parlement européen : bouleversement à l’aube de la PAC

Technique

- OSCAR, un observatoire national pour accompagner le déploiement des cépages résistants
- Désherbage mécanique sous le rang : se former pour revoir les bases
- 11e forum du développement durable : « La labellisation offre de la lisibilité »
- Un vignoble fortement engagé dans les certifications environnementales
- Le point sur l’agriculture biologique
- Quels liens entre l’environnement paysager de la vigne et la régulation des ravageurs
- L’édition 2019 du salon SITEVI a battu des records de fréquentation
- Pépiniéristes viticoles, la réglementation sur la santé du végétal crée le trouble
- Fiche IFV : Decitrait : un nouvel outil d’aide à la décision, dédié à la protection de la vigne
- Protection contre le gel et la grêle : appel à projet de la Région

Autre vignoble

- La Suisse, le plus petit des grands vignobles

Manifestation

- « Da Vinci, les inventions d’un génie » au Musée Mer Marine ; « Un violon, un piano… Mozart ! » ; Raphaël Imbert Quartet au Château de la Citadelle

Nouvelles des annonceurs

- Infaco présente son sécateur sécurisé