Je m'abonne au magazine de l'Union Girondine S'abonner

Numéro #1165 - Mai 2019

Crémant de Bordeaux: les bulles à la fête

Une pulvérisation de qualité pour une bonne protection

9 euros TTC

Édito

Hervé Grandeau, président de la Fgvb

Réfléchir ensemble pour relancer la machine

L’observation des cours du vrac de nos AOC a mis en évidence, aux cours des dernières semaines, une tendance baissière très préoccupante. Près d’un tiers des transactions du Bordeaux rouge se négocie actuellement à seulement 1 000 € le tonneau. Ces contrats en dessous du prix de revient sont dramatiques et destructeurs de valeur pour toute notre filière. Si la liberté des prix ne nous permet malheureusement pas d’interdire ou d’encadrer ces pratiques, il est de la responsabilité de nos familles professionnelles de rémunérer la production au juste prix. Cette situation est certes due à la faible récolte 2017, qui a généré des pertes de parts de marché, des marchés qui seront longs à reconquérir dans un contexte d’incertitude économique. Mais elle est surtout la résultante de facteurs plus structurels. D’une part, nous n’avons pas suffisamment su capitaliser sur les leviers de croissance (rouges souples, rosé, blanc, BIB, etc.) ni préempter des tendances de fond (cuisine contemporaine, respect de l’environnement, occasions informelles). Nous avons également trop délaissé les circuits peu volumiques mais faiseurs de tendances (restauration, cavistes, magasins de proximité…). Notre offre et notre image restent " dans les clous " mais sont parfois taxées de manquer de modernité. Cette tendance de fond doit nous amener à réfléchir à l’évolution de nos profils produits et à l’organisation de notre distribution.

Dans ce contexte difficile nos capacités d’action sur l’offre à court terme sont limitées : nous ne pourrons baisser encore nos rendements 2019, la baisse serait en effet intenable en dessous d’un certain seuil car elle asphyxierait toute la filière. La demande quant à elle, en forte décroissance, s’explique notamment par les mauvais résultats de nos ventes en grande distribution et les pertes de volumes à destination de la Chine, ce qui affecte fortement nos sorties. Nous avons donc le devoir, me semble-t-il, de réfléchir rapidement à un nouveau modèle pour construire ensemble, viticulteurs et négociants, l’avenir des vins de Bordeaux.

Sommaire

Entretien

- Alain Blanchard, directeur de l’Institut des Sciences de la vigne et du vin

Actualité

- Record mondial de production de vin en 2018
- Réforme de la PAC
- Assemblée générale Médoc, Haut-Médoc
- Vinexpo 2019 : les dégustations et soirées

Actualité en bref

Nouvelles des AOC

Agenda

Economie

- Marché
- Constatation des cours des vins de la Gironde et du bergeracois
- Tranches de prix des contrats vrac
- La transformation digitale : petit mirage ou grand virage ?

Marketing

- Allemagne : un marché des vins robuste et mature

Millésime 2018

- La semaine des primeurs 2018
- Chronique de Jacques Dupont
- Le millésime 2018 à Bordeaux

Pages CIVB

- Bordeaux vignoble engagé: les 100 qui font bouger les lignes

Dossier Crémant

- Les bulles de Bordeaux à la fête
- Crémant de Bordeaux : une croissance maîtrisée

Technique

- Gilles de Revel
- La protection du vignoble sans CMR (suite)
- Fiche IFV – Di@gnophyt
- Quel avenir pour l’utilisation du cuivre en viticulture ?
- Une pulvérisation de qualité pour une bonne protection
- Les protections physiques comme alternative aux pesticides
- Protection anti-grêle : la complémentarité de l’offre
- Tutiac, la journée " démo " fait le plein

Oenotourisme

- Trophées de l’oenotourisme 2019 ; ouverture des inscriptions au Best of Wine Tourism
- 20 ans Unesco de la Juridiction de Saint-Émilion

Manifestation

- Vignerons Indépendants de Bordeaux et de Nouvelle-Aquitaine
- Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine
- Les Grandes Heures de Saint-Émilion
- Concours international de quatuors ; Week-end des Grands Crus

Petites annonces